Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenu  sur ce blog dedié a la 90 éme Division d'Infanterie Américaine et a la sortie  d'une serie d'ouvrages réalisés par Didier Lodieu traitants de l'engagement de cette unité de Juin a Aout 1944

tough.ombres.overblog.com

Bienvenu sur ce blog dedié a la 90 éme Division d'Infanterie Américaine et a la sortie d'une serie d'ouvrages réalisés par Didier Lodieu traitants de l'engagement de cette unité de Juin a Aout 1944

Interview de Didier Lodieu par Marti Hayotte. 1re partie.

com

Didier, pourquoi cette série de quatre livres sur la 90th US Inf. Div. au lieu de ne faire qu’un seul livre ?

Didier :

C’est tout simplement pour une question de coût de revient. Faire un seul livre aurait engendré 80 euros environ à l’acheteur. Je ne pense pas que le lectorat aujourd’hui puisse dépenser autant pour un livre. D’autant plus que cette série traite de La Manche, de la Mayenne, de la Sarthe et de l’Orne. Les personnes vivant dans ces différents départements ciblent leurs achats en fonction de leur région. En somme, ce livre ne s’adresse pas seulement aux passionnés de l’histoire de la Bataille de Normandie, mais aux lecteurs régionaux. Si nous prenons le cas de « Mourir pour St. Lô », le livre s’est vendu à près de 40 % sur St. Lô. Hormis, le passionné de l’été 44 qui habite à Marseille, personne n’a acheté ce livre.

Le fait de publier quatre livre m’a permis aussi d’insérer plus de photos.

Sauf erreur de ma part, les livres historiques sur les unités alliées engagées en Normandie sont rares. Il y a eu quelques belles réalisations sur les parachutistes américains, mais sur les divisions d’infanterie US, je crois bien qu’il n’y a rien… Pourquoi avoir choisi la 90th ?

Didier :

En effet, nous ne sommes pas gâtés dans notre pays sur ces unités qui ont pourtant joué un rôle important. J’ai choisi la 90th parce que c’est une division qui est souvent citée dans les ouvrages historiques, mais dont nous n’avons aucune idée d’ensemble de son engagement. Il fallait que le livre soit commercial, mais qu’il réponde aussi à une attente des lecteurs… Puis il faut avouer que c’est une division d’une grande valeur.

Comment est né ce projet ?

Didier :

En parlant tout simplement avec Stéphane Jonot et Frédéric Normand au Mémorial de Montormel. Ils m’ont tous deux avoué qu’ «Objectif Chambois» était souvent encore demandé, mais que ce livre était aujourd’hui épuisé. Aussi, le refaire en ajoutant tous les documents que nous avions récupérés ici et là, il y avait de quoi faire un bon livre. C’est comme ceci que ca a commencé.
En fouillant dans mes archives personnelles, j’ai retrouvé un carton contenant 400 à 500 feuilles que l’ancien chef d’état-major de la 90th m’avait envoyé, il y a une vingtaine d’années. En parcourant tout cela, je me suis dit que j’allais faire un récit comme j’avais pu le faire sur la I. /Pz.Rgt. 24. Seulement voilà, la 90th a été engagée du 9 juin au 21 août, avec quelques jours de repos certes, et la I./Pz.Rgt. 24 a combattu durant un seul mois en Normandie.

Arrivé à la tête d’une centaine de pages au bout de plusieurs mois, je me suis rendu compte que le livre allait prendre une taille gigantesque ! C’est alors que je l’ai scindé en plusieurs parties.

Si je comprends bien, vous avez terminé la 4e partie sur la Poche de Falaise – Chambois avant d’avoir achevé les autres ?

Didier :

C’est exactement ce qui s’est produit. Il fallait que le livre soit prêt pour le Mémorial à la date de la reprise de son activité pour la nouvelle saison, le 1er avril 2013 je crois.

En écrivant l’historique de la 90th, avez-vous fait des découvertes ?

Didier :

Ces quatre livres sont remplis de choses nouvelles et insoupçonnées.

Tout d’abord les difficultés rencontrées par les Tough Ombres dans une région qu’ils ne connaissaient pas et dont ils ignoraient le terrain. Le Texas ou l’Arizona qui leur avaient servis de lieux d’entraînement n’avaient rien à voir avec les marécages, les haies, les prés, les talus etc qu’ils ont découverts en Normandie !

En quelque sorte, il a fallu près de deux mois pour que la division soit véritablement opérationnelle, même si durant ceux-ci, elle a enregistré des victoires extraordinaires. Que de courage, il a fallu aux Tough Ombres pour s’emparer du Mont Castre. Plus de 5000 pertes ! A la date du 1er août, on peut dire qu’elle ne comportait que de nouveaux remplaçants.

Vous verrez, le côté allemand est fortement dépeint dans Mayenne au Mans et surtout dans Juillet 44 et les T.O. Pour ce dernier, il y a véritablement des scoops. Aussi bien du côté Fallschirmjägers que Landsers. Ces derniers se sont montrés tout aussi acharnés et plusieurs ont été hautement décorés.

Pour vous, qu’elle est le grand fait d’armes accompli en Normandie par la 90th ?

Didier :

Sans hésiter, je dirai la prise du Bourg-St. Léonard puis en second la prise de la forêt du Mont Castre. Elle a enregistré beaucoup plus de pertes sur le Mont Castre qu’au Bourg-St. Léonard, mais ce dernier objectif était plus important. Il signifiait la prise d’une hauteur qui offrait un vaste panorama sur la vallée de la Dives. Ce qui a offert des cibles fantastiques aux artilleurs de la 90th puis des mouvements de la part de l’infanterie accompagnée d’unités de soutien qui ont taillé en pièces les colonnes adverses.

… parmi ces unités américaines, y en t’il que l’on ne connait pas ?

Didier :

Il y en a que l’on connaissait, mais mal. Pour moi, la présence du 773th Tank Destroyer Battalion a été un véritable choc. Je ne pensais pas qu’un bataillon de M10 pouvait causer autant de dégâts. Grâce à Bob Palmer qui a retrouvé le fils du commandant du 773th, nous avons disposé de documents sensationnels. C’était très précis, bourré de rapports et parfois de croquis que Stéphane a remis au clair dans ces cartes.

En revanche, le journal de marche du 712th Tank Battalion manquait de clarté et son narrateur semblait avoir bâclé son travail. Il y avait aussi le 607th TD Bn équipé de 3 inch gun qui s’est incroyablement illustré. Au Bourg-St. Léonard puis par la suite à Ste. Eugénie. Les combats autour de cette commune dont nous ne savions que peu de choses sont enfin révélés. Ca a été un carnage. D’une hauteur, leurs canons ont tiré sur les Allemands qui quittaient la forêt de Gouffern pour se diriger vers Tournay-sur-Dives. Le carrefour de cette commune était si encombré de carcasses et de cadavres que les Allemands devaient le contourner. Stéphane Jonot et Frédéric Normand qui connaissent le terrain comme leur poche m’ont avoué qu’ils avaient appris beaucoup de choses à ce sujet. Rien que pour cela, je ne regrette pas d’avoir fait ce livre ! Ils sont incollables.

Une dernière question avant de boucler cette première partie d’interview ; côté allemand, avez-vous trouvé de nouvelles choses ?

Didier :

J’ai trouvé peu de choses nouvelles et je n’ai pas souhaité les développer. Vu la densité du texte – 180 pages en corps 11 – j’ai préféré resté avec la 90th. C’est déjà assez compliqué comme cela. C’est la raison pour laquelle Stéphane a réalisé près de 17 cartes. Il y a des livres qui permettent que l’on puisse étudier les deux partis, mais pas celui-ci. J’aurais pu reprendre ce que j’ai déjà écrit dans «Objectif Chambois», «Panther en Normandie», «D’Argentan à la Seine» puisque les combats du Bourg y sont relatés de façon différente, mais je tiens à ce que mes lecteurs trouvent toujours du nouveau dans mes livres.

***

Nous retrouverons Didier dans un deuxième interview, lors de la prochaine sortie de «De Mayenne au Mans ».

Marti Hayotte

Didier Lodieu en Aout 2012 lors de la dédicace de "Panther en Normandie" et "Combats pour Saint-Lambert-sur-Dive" au Memorial de Montormel

Didier Lodieu en Aout 2012 lors de la dédicace de "Panther en Normandie" et "Combats pour Saint-Lambert-sur-Dive" au Memorial de Montormel

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck 15/03/2013 15:22

Bonjour Marty et Didier

un grand merci pour cet interview de 1 er ordre. hâte de me procurer l'ouvrage
@bientôt
Franck